• On raconte même du côté de Gourbi-lès-Tremblards (l’ancienne capitale de leur défunte patrie) qu’elle aurait aussi voulu noyer son jeune fils, en le jetant d’un pont Hélas ! ou plutôt heureusement ! cela se passait à l’été soixante-seize, marqué par une fameuse quoique dramatique – la renommée est souvent à, voyance mail gratuit en ligne,  ce prix - canicule qui avait asséché le lit de la Loire et de quelques menus ruisselets sans grande importance autre que celles que leur accordent certains


    votre commentaire
  • elle induit en erreur le fonctionnaire chargé d’enregistrer l’état civil du petit Major, « Sergeeeaan » ayant été malencontreusement transcrit en « Sergent » sur l’acte de naissance, voyance par mail, de l’enfant Son père, trouvant après une toute aussi malencontreuse réflexion que ce jeu de mots involontaire était désopilant, choisit de conserver ce prénom… Sa femme le quitta quelques jours après (« Espèceean de Connareeeeeaaann !!! Jeaan t’ai donné les plus belleeeans annéeeeaaanns de ma vieeeaaan !… » On l’entendait hurler depuis la Placean de L’Hôtel de Villean).

     


    votre commentaire
  • Sergent Major, une bonne heure après avoir raccroché – m’ayant ainsi laissé le temps de vous expliquer les étonnantes origines de son prénom – se mit aussitôt au travailLa tâche, consultation voyance gratuite,  s’annonçait rude : il ne se souvenait pas d’un traître mot du rapport cité par le Général, n’avait vu que dix minutes du documentaire sur les œufs sauvages, et ne connaissait pas Conrenz Lorad Pourtant, les faits étaient là, son ami l’appelait 


    votre commentaire
  • écologistes désœuvrésLa chute de vingt mètres que fit le nourrisson se termina sur du sable fin et ne lui fut pas fatale ; il fut recueilli et élevé pendant quelques mois par un couple de moules, voyance gratuite en ligne par email, d’eau douce, se sustenta grâce à d’infimes organismes planctoniques séchés et, un peu plus tard, à quelques ventrées mémorables de moules d’eau douce farcies, et s’en tira simplement avec une rate explosée, une jambe estropiée et quelques séquelles intellectuelles qui valurent notamment – le sort est facétieux, décidément – à Sergent Major d’être réformé de service militaire vingt ans plus tard


    votre commentaire
  •  

    Seul Rouston jouissait de la teneur des rapports de Major, avant que ceux-ci ne soient détruits par souci de sécurité Las, depuis la mort accidentelle de cet excellent superviseur, voyance totalement gratuit, lors d’une mission de reconnaissance, Major devait gérer en solo cette tâche ingrate, mais indispensable, et assumer seul les responsabilités allant de pair avec ses prodigieux émoluments Tandis que Sergent Major s’affairait à souligner le titre de son rapport en rouge incarnat comme le veut le règlement intérieur du S


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique